Aside

J’adore prendre le train. Déjà toute petite, nous

Tags

, , , , , , , , , ,

J’adore prendre le train. Déjà toute petite, nous arpentions la France et l’Europe en train avec mes parents. Je m’imaginais alors souvent en subsitut de Tintin dans “Le Temple du Soleil”, où celui-ci s’inquiète de ne voir personne d’autres dans le Wagon où Milou et lui-même avait pris place. À juste titre d’ailleurs puisque celui-ci sera décroché et nos deux héros devront sauter du wagon dans une rivière. Bon aller, on se fait un kiff. Générique!!!

Ah la la….grand moment! Donc me voilà, petite, dans le train avec mes parents. Pour partir au ski ou en Bretagne.  Puis par la suite, ce sont les premiers départs avec les copains, quand aucun de nous n’a encore le permis. Et encore maintenant, à chaque fois, cela me fait quelque chose (et ce malgré le prix des billets toujours plus élevés.) Et puis il y’a le plaisir des gares. Les gens qui se disent au revoir, qui se retrouvent. Les retardataires qui courent comme si leur vie en dépendaient. Les agents SNCF qui dégagent une certaine sympathie et ont toujours réponse à toutes nos questions.

Oh je vois les sceptiques d’ici. Les râleurs qui n’aiment pas la SNCF. Ses retards, ses grèves, ses contraintes. Oui mais voila. Quand comme moi, on a grandi dans un pays où la privatisation du réseau ferroviaire a eu des conséquences catastrophiques, je peux vous assurer que la SNCF, je l’admire, je la chérit, et même si oui, la trouve chère, honnêtement, je l’aime bien. Voilà. C’est dit!

Un de mes petits plaisirs, c’est de me balader dans les wagons et d’observer les gens. Beaucoup de dormeurs, c’est un fait. Le train berce et on s’y sent bien du coup…Zzzz…Zzzz.

Beaucoup de presse écrite aussi. Quotidienne, people, spécialisée,…alors que celle-ci est de plus en plus boudée au profit de sa version digitale, dans les trains, elle a la part belle.  Je trouve que ça en dit beaucoup sur l’opinion ou les intérêts des gens.

Beaucoup de films aussi. J’adore jeter un coup d’oeil espion par dessus l’épaule des gens pour voir ce qu’ils regardent. Des séries, des films, des blockbusters, des classiques…là encore, sacré mine d’or pour un sociologue.

Et puis évidemment la lecture et les jeux, indétrônables. L’Histoire veut que Peter Jackson aurait eu envie d’adapter “Le Seigneur des Anneaux” après avoir dévoré les trois tomes durant un long voyage en train.

Allez. Je vous laisse sur cette bien belle phrase de Grand Corps Malade :

“Les histoires d’amour c’est comme les voyages en train

Sur ce…

 

Si les abattoirs avaient des vitres…

La vidéo ne dure que 13 minutes mais j’ai eu du mal à tout regarder. Et une chose est sûre, elle se passe de commentaires et fait bien réfléchir…

Sur ce…

Etiquette éthique

Tags

, , , , , , ,

h-and-m-clean-clothes-campaign-unconscious-1

Le chiffre fait froid dans le dos. 1 127 morts au Bangladesh. 1 127 victimes. 1 127 personnes qui sont mortes dans l’effondrement du Rana Plaza, un batiment contenant entre autres des usines textiles. Les avertissements sur la fragilité de l’édifice avaient été donné la veille, alors que des fissures étaient apparues sur certains murs. En vain.

On ordonna aux ouvriers et aux ouvrières des usines textiles de venir travailler. Le batiment s’est effondré dans la matinée, en pleine effervescence.

1 127 morts, plus de 2 500 blessés.

Cet accident remet encore une fois en question les modes de production utilisés par les grandes marques. Les étiquettes des plus grandes marques (H&M, Zara, Primark, Camaïeu, Auchan) ont été retrouvées dans les décombres. Ces mêmes marques qui nous permettent d’acheter des t-shirts à 5 et des jeans à 25…

La réaction à chaud , sur le vif, me pousserait à boycotter. Mais cela ne semble pas être la solution. En effet, certaines associations affirment que là encore, ce sont les travailleurs qui risqueraient d’en pâtir. Et que la catastrophe de Rana Plaza ayant attiré encore une fois l’attention sur les moyens de production, les marques vont être obligées de réagir. Et histoire qu’une fois ne soit pas coutume, le génial collectif “Éthique sur l’étiquette” milite pour une plus grande transparence. Articles, pétitions, documentaires, reportages… On ne pourra plus dire qu’on ne savait pas.

Hésitez pas à aller faire un tour sur leur site (http://www.ethique-sur-etiquette.org/) avant de faire les magasins, histoire de savoir vraiment dans quelles conditions votre “Oh so adorable” petit t-shirt est confectionné. Au nom des 1 127 victimes. On leur doit bien cette reconnaissance.

Sur ce…

Toujours d’actualités

Tags

Aujourd’hui, je voudrais partager un texte de l’écrivain et archéologue Fred Vargas. Celui-ci date de 2011 mais est malheureusement toujours d’actualité. Et me frappe et me marque toujours autant. Bonne lecture.

IMG_1020

Nous y sommes

Par Fred Vargas

“Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s’est marrés.

Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.

Certes.

Mais nous y sommes.

A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie. « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau. Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi ou crevez avec moi

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, — attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille — récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer.

Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible. A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième Révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.”

Fred Vargas

Sur ce…

Un orphelinat pour chaussettes

Tags

, , ,

Chaussettes

C’est un mal qui nous affecte tous: le veuvage de chaussettes.

Plusieurs solutions.

Option n°1: racheter des chaussettes. Pas très économique, écologique et devoir jeter les veuves à chaque fois…Pas top.

Option n°2: porter des chaussettes dépareillées (perso, pour moi, hier, c’était à pois sur le pied droit, rayures pour le pied gauche…la grande classe!).

Option n°3: se rendre sur le site de l’association Chaussettes Orphelines (http://chaussettesorphelines.blogspot.fr/) pour faire don de vos chaussettes orphelines. L’association recycle le textile pour en faire de nouvelles pièces, tout en favorisant l’insertion sociale des femmes à Paris mais aussi au Brésil.

Une bien belle initiative et une nouvelle vie pour vos chaussettes.

Sur ce…

La nuit nous appartient!

Tags

, , , , , , , ,

Nike we own the night

Bon…j’avoue…je leur fait de la pub alors qu’ils ont franchement pas besoin de moi. Oui mais voilà. C’était vraiment trop cool!!!!

Je m’explique.

Je me suis inscrite à l’événement “We own the night”, la course féminine de 10 Kms organisée par Nike à Paris et qui se déroulera le 26 mai prochain.

Je suis tombée dessus un peu par hasard, sur internet. En règle général, les courses (et la compétition en général), c’est pas trop mon truc. Mais là, y’a des événements le soir, des entrainements, la course promet d’être assez fun…et puis c’est que des filles. Donc je me suis dit “Pourquoi pas”.

J’ai donc motivé ma copine Amélie, on a payé nos 25€ et on s’est inscrites pour le premier entraînement qui avait lieu vendredi dernier à 20h. Et alors là…y’a pas d’autres mots! C’était absolument génial! On s’est éclatées comme des petites folles!!!!

Rendez-vous était donné au Nike Store sur les Champs-Élysées. Une fois nos affaires déposées au vestiaire, nous nous sommes équipées de gadgets fluorescents en tout genre (bracelets, bâtons de relai lumineux, guirlande fluorescente “ayant-la-facheuse-tendance-à-se-casser-la-figure-mais-on-la-garde-quand-même-parce-que-c’est-joli”…). Brillant de mille feux, nous sommes donc parties accompagné d’entraineurs aussi craquants que sympas, pour deux heures  de course dans les rues parisiennes.

À grand renfort de “Allez les filles!”, “Allez on donne tout!” et de lancés de confettis (pour notre plus grand bonheur à toutes!), nous avons escaladé l’Arc de Triomphe, conquis la Terrasse du Palais de Chaillot, mis une ambiance de folie sur l’esplanade du Trocadéro, fait des des sprints le long de la Seine et terminé sur les Champs-Élysées sous les applaudissements des touristes plutôt amusés.

Bref, vraiment, un super moment sportif! Mardi, j’y retourne!

Sur ce…

Wise Angela

Tags

ImageL’autre jour, j’ai lu une interview d’Angela Davis dans Télérama (N°3299). Quelle femme! Et quelle vie!

Militante communiste et des droits de l’homme, proche des Black Panther, fervente défenseuse des droits des noirs américains, recherchée par le FBI (elle fera même partie des 10 femmes les plus recherchées aux USA), emprisonnée puis libérée grâce à une mobilisation de la communauté internationale sans précédent…Angela Davis est une femme qui en jette, c’est le moins qu’on puisse dire!

Mais je ne vais pas m’étendre. Si vous voulez en apprendre plus sur elle, il y’a un très bon documentaire sur sa vie et ses luttes en ce moment au cinéma (” Free Angela Davis and all political prisonners” de Shola Lynch).

Non…je voudrais revenir sur quelque chose qu’elle dit dans son interview. Alors que le journaliste l’interroge sur la nouvelle cause qui lui tient à coeur, l’univers carcéral, celle-ci dit qu’il “faut cesser de considérer les prisons indépendamment du reste de la société et de l’économie. Elles sont au coeur du système capitaliste contemporain.”

Et d’appuyer son argumentation en prenant l’exemple de Sodexo, dont l’empire est construit sur trois industries: alimentaire, militaire et surtout carcérale.

Je n’avais jamais vu les choses comme ça. Bon, je ne suis pas naïve. Pas née de la dernière pluie non plus. Je suis consciente des failles du système carcéral. Des inégalités face à la justice de manière générale aussi. Et je suis tout à fait d’accord avec Victor (Hugo, ndlr) quand il dit qu’ouvrir une école c’est fermer une prison.

Mais ces deux petites phrases m’ont vraiment marquée. Elles m’ont rappelée ce scandale aux USA, quand deux juges américains ont reconnu avoir touché plus de 2,6 millions de dollars pour envoyer en détention des délinquants mineurs qui ne méritaient pas une telle peine. Elles m’ont découragée aussi. Parce que plus ça va et plus je me rends compte que quasiment tout est régit par cette quête permanente d’amasser le plus d’argent possible, par ce capitalisme sanglant et destructeur. C’est triste. C’est effrayant. Et je ne sais pas trop où on va.

En tout cas, une chose est sûre. Il nous faut d’autres Angel(a).

Sur ce…

Scandalisée.com

Tags

mains en cercle

Au début, on pense à une opération de com’. De mauvais goût. De très mauvais goût. Mais non. Pas du tout. Le site est bien réel et ses promesses sont scandaleuses.

Gleeden, le 1er site de rencontres extra-conjuguales pensé par les femmes (sic). Oui, oui. Vous avez bien lu.

Pourquoi “pensé par les femmes”? Parce que c’est bien connu les femmes sont toutes des séductrices perverses à l’esprit calculateur! Parce qu’il n’y a que des femmes qui puissent avoir ce genre d’idées! Non mais on es où là??

L’infidélité est maintenant un business lucratif qui s’affiche à la vue de tous. Je ne comprends même pas comment on en est arrivé là, comment un tel site est autorisé à faire de la pub pour ce déchet 2.0 dans le métro. Quel message cela véhicule-t-il? Que l’infidélité est normale? Quasiment glorifiée? Et pour les écoliers qui prennent le métro matin et soir? Que c’est normal que Papa se tape la meilleure amie de Maman et qu’il n’y a absolument rien de scandaleux à ce que Maman se tape le patron de Papa?

C’est triste, je trouve. C’est très triste. Déjà que notre société n’est vraiment pas rose, déjà que où que l’on tourne la tête, ce n’est que mensonges, trahisons, violences, meurtres, corruptions…Je ne dis pas que je crois forcément à l’Amour éternel. Mais je crois sincèrement qu’aimer, c’est quand même s’engager, respecter l’autre et se chérir, au moins pendant un temps.

Ce site balaie tout ça en décourageant chacun de s’impliquer à fond dans sa relation amoureuse, en encourageant à aller voir ailleurs à la moindre faiblesse, au moindre doute.

Heureusement, il reste l’Amitié. Et si je ne dois croire qu’à une sorte d’amour, si je ne dois m’impliquer à 100% que dans une seule relation, c’est à celle là que je vais me dédier.

Mes amis , je vous aime.

Sur ce…

La loi des séries

Tags

Image

Avant, il y’a eu Desperate Housewives qui, sous ses airs de de sitcom US aseptisé, nous offrait une vision trash de l'”American Way of Life”. Et encore Friends, House, The Shield, Sex and The City, les Sopranos, 24 Heures chrono, Six Feet Under, Lost, Urgences, Gossip Girl,…

Maintenant, il y a l’excellent Game Of Thrones, la série la plus piratée de tous les temps, à la grande fierté de HBO, la chaîne américaine sur laquelle celle-ci est diffusée. Il y’a le dérangeant Breaking Bad, avec son prof de chimie lambda devenu drug lord et assassin calculateur dans le désert du Nouveau-Mexique. Mais encore Treme (je reviendrais sur cette série, qui mérite amplement qu’un article lui soit consacrée), Glee, Homeland, Dexter, Girls, Mad Men, Les Experts, Les Simpsons, The Good Wife,…

Scandal et House of Cards sont venues récemment compléter la liste des séries télés qui cartonnent.

La liste semble sans fin

Sans avoir suivi toutes les séries mentionnées ci-dessus, je les connais toutes, soit de nom, soit après avoir vu un ou plusieurs épisodes. Et apparemment, je suis loin d’être la seule. Les séries ont connu un tel engouement… Elles sont devenues un des sujets de conversation préférés  (après la météo, indétrônable je pense, surtout en ce moment) entre amis, en famille, au bureau, en ligne…

Mais en même temps, est-ce si étonnant? De divertissements à la qualité souvent discutables, les séries sont maintenant (pour une grande majorité) des petits bijoux en terme de scénarios, dialogues, bande originale, complexité des personnages, décors, costumes,… Celles-ci égalent ou dépassent de plus en plus en terme de qualités les films à proprement parlé.

Il est aussi souvent bien plus facile de s’identifier à des personnages aux personnalités bien plus complexes et développés que dans les films. Ce qui est tout à fait normal. Il est plus facile de développer un personnage en une dizaine d’épisodes qu’en deux heures de film, c’est indéniable. Et puis avec la multitude de personnages, tout le monde peut s’identifier à son (parfois anti-) héros.

En plus de ça, alors que les films sont en grande majorité destinés à être projetés au cinéma (à l’exception de ceux sortant directement en DVD, signe quasi infaillible d’un navet en devenir), les séries disposent de canaux de diffusion multiples: chaînes hertziennes, câblées, satellites et surtout internet.

Ah…(soupir d’admiration)…la magie du Web. Où les sériephiles peuvent streamer, télécharger commenter leurs séries préférées. Où les plus accros peuvent même inventer leur propres histoires (appelées Fanfictions) en prenant comme point de départ un aspect mineur d’un scénario (une histoire d’amour secondaire par exemple). Où les plus polyglottes peuvent même écrire leur propres sous-titres et les mettre en libre circulation. Bref. Sans le Web, les séries seraient-elles devenues ce qu’elles sont aujourd’hui? Pas si sûres.

En attendant, celles-ci ont encore de beaux jours devant elles. Pour notre plus grand plaisir à tous.

Sur ce…

Bla Bla Bla

Je n’ai pas été très active ces derniers jours, je l’avoue. Pas d’excuses.

Du coup, pour me faire pardonner, un petit site sympa plein de savoirs inutiles.

http://tunensavaisrien.tumblr.com/

Sur ce…