Tags

, , , ,

Dans le genre “nouvelles déprimantes”. Aux États-Unis, il est désormais interdit dans certains états de  photographier ou de filmer les élevages intensifs d’animaux. En tout, ce sont une douzaine d’états qui ont adopté (ou sont sur le point de le faire) des lois visant à rendre illégale toute forme de dénonciation des conditions déplorables et des actes de cruautés dont sont victimes les animaux au sein de ces élevages.

Les lobbys peuvent être fiers d’eux. Fatigués de devoir à la suite de chaque scandale présenter des excuses et investir dans de coûteuses campagnes de communication visant à regagner la confiance des consommateur, ces messieurs de l’industrie agro-alimentaire donc fait ce qu’ils font de mieux: graisser la patte des politiques afin que ceux-ci légifèrent en leur faveur.

C’est très bien joué.

Mais alors que le Monsanto Act est en passe d’être accepté (aux États-Unis toujours, décidément), je ne peux pas m’empêcher de me demander combien de temps cela va durer?

Pendant combien de temps cette industrie va-t-elle continuer à nous vendre, en toute impunité, ses produits toxiques, synonymes de souffrance pour nombre d’espèces animales et de maladies et troubles de la santé pour l’espèce humaine?

A terme, je pense (j’espère) que cette industrie finira par être montrée du doigt, diabolisée, condamnée, un peu comme l’a été l’industrie du tabac un temps. A terme, je pense (j’espère) que ce type d’élevage sera dénoncé, interdit, remplacé par des alternatives plus douces.

Mais si ça continue comme ça, je pense que, comme le dit si bien Pierre Rabbhi “on ne se souhaitera plus bon appétit mais bonne chance.”

Sur ce…

Advertisements